Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

    Partie 2.2

    Partagez

    Cassyfantasya
    Admin

    Messages : 111
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Partie 2.2

    Message par Cassyfantasya le Ven 11 Avr - 10:57

    De retour à la maison les deux filles allèrent se donné un coup de propre et se changer, afin de s'installer à table.
    — Mère, que s'est-il passé il y a douze années, dit Ashélia, et d'où provient ce médaillon que tu détiens secrètement ?
    — Si tu tiens vraiment à le savoir, je te raconterais tout après que nous aurions fini de manger, ce que j'ai à révéler risque de durer longtemps.
    — D'accord.
    Le déjeuner ne se poursuivit pas un autre sujet de conversation sans aucune importance. Lorsqu'ils eurent fini, Anne les invita dans le salon, afin de leur raconter son récit, mais à sa demande, ce fut Cassandra qui prit la parole, après avoir fait un signe d'affirmation, étant donné qu'elle était présente le jour où tout a commencé.
    — D'après mes souvenirs, cela ne remonte pas à douze années lorsque tout a commencé, dit Cassandra en se mémorisant ce qu'elle avait vécu, mais à vingt-deux années. C'était en 1735 de la Ive ère, je devais avoir vingt-trois ans quand avaient surgi les premières attaques. Je me trouvais à la fenêtre de ma chambre, lorsque j'avais aperçu un groupe de villageois se diriger vers notre demeure. Ils étaient affolés. Leur visage était crasseux, leurs vêtements étaient souillés et couverts de sang. Parmi eux, il y avait des blessés. Tout de suite, j'avais donné l'alerte. La première personne que j'avais trouvée en ayant été à leur rencontre était Eloriane (la tante de Cassandra, et la sœur de roi Ethâne, son père). En ce qui te concerne Ashélia, Eloriane était ta grand-tante, bien que tu l'aies peu connu. Lorsque le roi Ethâne c'était joint à notre rencontre, nous étions déjà avec les villageois, et bien de nouvelle avaient été annoncés. Eloriane avait appris au roi que ses habitants du territoire d'Alkacha se faisaient piller et massacrer pas des soldats d'Oblivion. Aussitôt la nouvelle apprise, le roi Ethâne avait envisagé de leur conduire une précieuse garnison de matériel, de provision, et de soldat, enfin tout ce qu'il leur avait fallu pour lutter. Avec son accord, Eloriane qui était au service de son frère en tant que premier général de l'armée royale de Saya avait partagé son avis sur cette mission puis elle s'était désignée pour l'accompagner. A la suite de sa demande, elle avait soigneusement choisi quelques soldats pour l'escorter. Kalaâne (le père d'Amélia) et moi, nous en faisions partie de cette escorte. Quant à Aurore, et Michka (le père d'Ashélia et de Dannah et le fils d'Ethâne, il qui était invocateur et l'héritier de Saya) était resté à Heimdwekée afin de diriger une éventuelle défense. Au cours de notre trajet, nous étions hâtivement bloqués par l'ennemi. En ce temps de détresse, le roi Ethâne avait ordonné à ses soldats de lancer la charge, mais la réflexion de Eloriane s'y était opposée, puisqu'il ne fallait pas utiliser cette garnison maintenant et qu'il fallait la maintenir intacte. D'une voix confiante et autoritaire, elle leur avait imposé l'ordre de repousser le chemin le roi qui n'eut pas le choix lui faisait confiance et poursuivit le chemin avec la garnison.  Tel était son devoir de gardien, Kalaâne l'avait suivi avec quelques soldats dont Eloriane avait choisi. Quant à moi, j'étais auprès de Eloriane et le restant des soldats choisi et nous avions chevauché nos montures, arme pointée vers l'ennemi. Nous étions conscients que nous mettions nos vies en péril pour créer cette diversion, mais si cela pouvait permettre d'épargner le roi et sa garnison. Faisant face aux troupes ennemies qui parvenaient à nous encercler, nous les avions combattus en leur résistant fermement, mais nos soldats étaient tombés l'un après l'autre. Après les avoir vaincus jusqu'au dernier, il en restait très peu de nous. Malgré toutes mes blessures superficielles, je tenais encore debout. Eloriane, qui pourtant était debout, s'était brusquement écroulé parmi les nombreux cadavres qui couvraient le sol. Lorsque je l'avais saisi pour la relever, j'avais découvert qu'elle avait été sérieusement touchée. Elle perdait beaucoup de sang. Aidé et soutenu par les soldats survivants, Eloriane avait réussi à remonter sur sa monture bien qu'un soldat de valeur se tenait derrière elle afin de la maintenir pour éviter qu'elle ne tombe, puis nous étions partis sur-le-champ, afin de nous rendre au château, car peu de temps lui restait pour vivre si elle ne recevait pas les soins nécessaires. Cela faisait quelques jours que le roi Ethâne était de retour au château après avoir réussi à conduire la garnison jusqu'aux territoires d'Alkacha, et que Eloriane était plongé dans un coma profond. Pourtant, sa blessure était presque inexistante, mais selon les guérisseurs son sang semblait être empoisonné. Malgré un combat acharné, elle ne s'était jamais réveillée puisque son cœur avait cessé de battre. Et c'était le roi Ethâne qui avait pris la peine d'annoncer sa mort à Dorian (il était pour elle son époux) en lui ayant expliqué ce qu'il  s'était passé. Quant à Félicia (Leur fille unique), elle était au chevet de sa mère lorsqu'elle s'était éteinte. D'un seul coup, le comportement de Dorian s'était changé. La nouvelle étant mal acceptée, il avait rejeté la faute sur le roi. A cause de cet événement, Dorian avait basculé sa vie d'enchanteur si paisible et si exemplaire vers une vie tout à fait différente, ténébreuse pour ainsi dire, reflétant en lui la haine, le malheur, et la souffrance. Aucun bon raisonnement ne lui était venu à l'esprit, puisqu'au lieu de surmonter cette épreuve, il était parti s'isoler en dehors de domaine étant orienté vers le royaume d'Oblivion comme s'il était aveuglé, et depuis ce moment, personne ne l'avait revu jusqu'en 1745 de la IV ère.
    — Le médaillon que je porte secrètement est le fruit de son errance, conclu Anne.
    — Le jour où Félicia et Aurore étaient convoquées par le conseil des sages, continua Anne, nous avions tous eu la même réaction, redoutant le retour d'une nouvelle attaque. Et en effet, le conseil des sages les avait bien convoqués pour signaler qu'Edouard avait relevé son armée et qu'il fera son retour en livrant une nouvelle bataille. Malgré que ceci reste des pressentiments, la nouvelle avait fait le tour de notre monde. En résultat de cette initiative et par ordre du conseil des sages, la Grande-Alliance s'était sagement réunie derrière les murs d'Heimdwekée afin de se tenir prête à combattre Edouard.
    — Et heureusement que la Grande-Alliance avait su réagir de bon sens, dit Cassandra, car le conseil des sages était loin de s'y être trompé sur cette prédiction. Ce jour que nous avions tellement craint est malheureusement arrivé. Je me souviens très bien de ce jour-là. Le bruit que nous avions progressivement discerné était cacophonique. Des claquements de métaux, des cris chantants, des cors retentissaient, et un pas de marche constant frappant et lourd. Ce vacarme était curieux, puis l'instant où nous avions commencé à percevoir les premières silhouettes nous avions réalisé que c'était Edouard et son armée qui s'approchaient au pas de charge vers nous. Pour la première fois, j'avais senti la peur m'envahir, et je pense que je n'étais pas la seule à avoir eu cette sensation, lorsque l'alerte avait été donnée, mais il fallut bien s'y attendre un jour ou l'autre.

      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 22:31