Partie 2.5

    Partagez

    Cassyfantasya
    Admin

    Messages : 111
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Partie 2.5

    Message par Cassyfantasya le Ven 11 Avr - 17:20

    — La stratégie qu'il emploie, varie selon le tempérament de la personne, en tout cas lorsqu'il scintille cela représente qu'il est en état d'éveil et qu'il cherche à faire quelque chose de mal, donc le premier réflexe c'est de l'ignorer, mais ce n'est pas le cas de tout le monde, et d'ailleurs c'est cette façon qu'il a eu le roi Nicolas. Il était tellement obsédé par sa lueur scintillante qu'il le prenait souvent dans ses mains pour l'observer, et son regard n'en détournait jamais. D'un homme fort et bon, il était devenu un être étrange, même parfois mauvais envers son entourage. Dans les rangs de son armée, des murmures anormaux s'étaient fait entendre à son sujet. Depuis qu'il possédait ce maudit objet, il n'était plus lui-même, on disait qu'il était ailleurs, ou encore ensorcelé. Malgré tant de difficulté, il avait réussi à traverser le royaume de Xénas-Xion et plus de la moitié de celui d'Han-Era était entamée, mais pendant ce temps-là certains de ses soldats avaient quitté l'un après l'autre les rangs de l'armée à cause de son comportement lunatique. Ils n'avaient plus confiance en lui. Une voix intense raisonnait désormais dans sa tête ce qui le rendait encore plus fou, et c'est grâce à son soldat de haut rang que le roi eu pris conscience de la situation en l'ayant raisonné, et qu'il eut pris conscient qu'il ait eu manqué de résistance envers ce médaillon. Il s'était trouvé lamentable, tellement lamentable, qu'il en était coléreux après le médaillon. D'un moment impulsif, il l'avait défilé, et longtemps son regard était rivé dessus. Il était tenté de le jeter, mais sa promesse l'avait empêché de la faire. Tout bien réfléchit, il l'avait isolé dans l'une de ses poches et l'effet était immédiat, Il s'était mieux senti. Il l'avait pris la décision de l'ignorer, mais le mal avais déjà porté ses fruits. Une fois que la frontière avait été passée, le roi et son armée se trouvaient désormais chez eux, et s'orientant vers le nord l'écart entre leur position et la destination s'était diminué au fur et à mesure qu'ils avançaient. Arrivé à mi-chemin, le fleuve de Lénast-Iris faisait son apparition, ainsi qu'une faible apparition de Junon (la ville où il siégeait, son chez lui). Pendant un long moment, il s'était concentré sur ce paysage, il se voyait déjà achever sa quête, mais avant toute chose, il avait encore à faire. Pourtant si près du but, tout avait basculé au désarroi lorsqu'il franchissait le fleuve. Distrait par l'éclat éblouissant que projetait le médaillon à travers sa poche, il s'était fait  attaquer par une rafale de flèche. Au sifflement des flèches, les chevaux s'agitaient, et ne maîtrisant plus le sien plusieurs d'entre elles l'avaient atteint. Lorsque son cheval s'était cabré, le roi qui était sans doute la cible principale de ces déserteurs était tombé dans l'eau, et sans avoir montré la moindre hésitation, environ quatre de ses soldats officiers étaient descendus de leur monture pour le secourir, mais il était déjà trop tard. Son corps était sans vie lorsqu'ils l'avaient remonté à la surface. Lui étant fidèle, ils étaient surpris de cet acte qui leur était impardonnable, et pour les punir pour ce geste de trahison, ils avaient donné l'ordre à leurs soldats de les combattre, un vrai carnage. A la fin de cet acte de tuerie, ses fidèles soldats l'avaient ramené dans sa demeure, et sa mort avait été annoncée à travers tous les royaumes de notre monde. La cérémonie avait eu lieu à Junon dans la chapelle de son château, c'est ici que l'on avait enterré son corps. Comme chaque cérémonie, il y avait du beau monde pour faire les adieux. J'étais présente ce jour-là. Intégrée dans la foule, je m'étais démarqué de celle-ci, afin de lui remettre les fragments de son épée dont je n'oublierais jamais que celle-ci avait sauvé Heimdwekée, et je la lui avais exposée à côté de son tombeau, et comme celui-ci n'était pas encore scellé, j'avais observé le défunt un moment. C'était à ce moment-là que j'avais découvert la chaîne de médaillon maléfique dépassé d'une poche d'un vêtement qu'il portait, et bien que j'eusse reconnue, j'avais prodité de lui faire un signe d'adieu pour camoufler mon action malhonnête. Sur le moment, j'avais agi d'instinct sans me préoccuper de mon entourage, mais une fois que je l'eus en ma possession que je craignis que quelqu'un m'ait vu le dérober. Ensuivi de cette cérémonie, je m'étais isolé un instant au bord du fleuve Lénast-Iris, afin de penser à autre chose que la mort. Entourer d'arbres, de plantes et d'animaux cet endroit reposait le calme. M'étant assise sur l'herbe, mon regard s'était posé sur le cours d'eau, et en ayant sorti le médaillon de ma poche, je l'avais observé. Puis, un doux parfum que dégageait la nature m'avait attirée et incité à l'inspirer à plusieurs reprises jusqu'à en fermer les yeux, et emportée par les essences et son chant, elle ne m'avait pas eu le temps de comprendre la moindre signification. Cette communication était brève, étant donné que la voix d'un homme m'ayant reproché que je ne ferai pas une bonne voleuse m'avait fait sursauter, et en ayant agi par réflexe, j'avais enfilé le médaillon autour de mon cou afin de le cacher sous mes vêtements pour me lever, et m'en étant retourné, j'avais réalisé que c'était Freïhr, le fils unique de roi Nicolas qui se tenait désormais devant moi. J'étais mal à l'aise, car je ne savais pas comment gérer la situation, je devais choisir entre lui mentir ou de lui dire la vérité, mais mon honnêteté avait pris le dessus, j'avais préféré de lui dévoiler mon action en lui ayant montré le médaillon, et je lui avais tout expliqué. Quant à lui, il ne m'avait pas suivi pour ça, je m'étais vendu en quelque sorte, mais je m'étais senti soulagé puisqu'en lui ayant informé, il m'avait mis en garde contre mon entourage jusqu'à me proposer son soutien en cas de besoin, étant donné qu'il n'était pas la seule personne à le savoir. Puis il s'apprêtait à me présenter quelque chose lorsqu'il défaisait le tissu qui l'enveloppait. Je lui étais reconnaissante, car une épée qui m'était familière se tenait dans ses mains, et il était venu à ma rencontre pour me la remettre. Celle-ci appartenait à Michka, et bien que je l'eusse oubliée, je l'avais remerciée du fond du cœur. Elle évoquait beaucoup pour moi, et bien que ce soit juste une arme, elle symbolisait l'héritage, c'est-à-dire le tien et de celui de ta sœur, ainsi que votre descendance, mais celle-ci ne peut parvenir qu'à l'une de vous deux pour représenter l'autorisé royale de Saya. Ensuite, en ayant lu dans son regard, et en ayant analysé sa manière d'être, quelque chose travaillait dans sa tête, et en l'ayant interrogé, il m'avait informé que du côté de sa famille des déceptions se faisaient entendre, puisqu'en étant l'unique héritier, il avait refusé de prendre la succession au siège de Junon, et en ayant renoncé au titre de roi, il avait préféré fuir cette épreuve en partant vivre auprès de Sylvania (son amie) qui se trouvait à Crizalis (capitale du royaume Sylva), étant donné que sa patrie avait trahi son père, puis il avait ses propres raisons pour ne pas y succéder. C'était presque logique lorsqu'il m'avait annoncé que Philipe, le frère cadet du roi Nicolas n'avait pas hésité de saisir cette chance pour se faire proclamer intendant du trône, car selon le vœu des pères et en raison de sa lignée, Philipe ne pouvait être le vrai roi, même s'il avait réussi à se le faire proclamer par le peuple. Son aide m'était précieuse en ce qui concerne ce fameux médaillon, puisque grâce à lui j'étais protégé, et ne niant pas notre promesse, j'avais fait en sorte qu'il reste introuvable, et qu'il soit oublié en le gardant dans le plus grand secret, tout en sachant qu'un jour ceci nous coûtera cher. Lors du conseil des sages, le mensonge était passé en ayant eu pour hypothèse « Peut-être lors de sa chute, le médaillon a dû se loger au fond du fleuve de Lénast-Iris, ou même emporté par le courant ». Finalement, peu de gens savaient que je le possédais, et vu que personne ne s'en était inquiété, cela était sans importance, mais avec le temps se l'est devenu... enfin pour moi, sachant que j'étais la seule personne à connaître certains secrets. Ce médaillon maintient l'esprit de Dorian à errer sur notre monde. Son influence était pourtant réduite puisqu'il ne pouvait en aucun cas reprendre la suite du maléfice tant que je le maintenais caché, mais une voix s'était manifestée pour me prévenir d'une éventuelle menace. Je n'en doute pas. Ignorant certaines choses, c'était trop calme. Sur le moment, j'avais cru qu'il s'était endormi, mais derrière ce silence, un plan diabolique s'était préparé. Voilà, tout est raconté. Maintenant vous connaissez toute l'histoire de ce médaillon, et j'en suis désormais libéré maintenant. Je suis désolé de t'avoir impliqué dans cette effroyable histoire ma fille.
    — Si Aurore t'avait ordonné de me le transmettre, elle avait bien ces raisons. Je pense, qu'après tout ce que vous nous avais appris, cela nous a ouvert les yeux. Pour moi en tout cas. Je poursuivrai ta tâche maman, tel est mon devoir d'élus.
    — Bien..., ton père serait fier de toi.  Je pense que nous pouvions disposer.
    — Il serait plutôt préférable de penser à autre chose, dit Hélène, allons prendre l'air avant que la nuit tombe. Une petite sortie nous fera du bien.
    Dannah, Amélia, et Ashélia la suivirent. Anne et Cassandra restèrent dans la demeure du fait qu'elles eurent des choses importantes à faire.

      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 22:47