Chapitre 5 intégrale

    Partagez

    Cassyfantasya
    Admin

    Messages : 111
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Chapitre 5 intégrale

    Message par Cassyfantasya le Sam 12 Avr - 12:56

    Aurore avait passé deux jours d'isolement dans la chambre des archives, pour avoir consulté toutes sortes d'écrit, et ceci a bien valu la peine. Son ignorance avait été comblée d'un nouveau savoir. Le savoir de la magie interdite, et d'autres choses annexes. Elle rangea les documents, et prit avec elle des copies qu'elle avait fait faire avec la complicité du professeur. Avant de quitté les lieux, elle l'avait remercié du fond du cœur, et finit par se mettre en route pour se joindre à Saint-Poladeléa.  Au même instant où elle commençait à s'éloigner de la cité, elle aperçut une dizaine d'individu sur des chevaux qui sortaient de la forêt environnante d'Eldwine.
    — Tiens des soldats du royaume d'Han-Ashara se dit-elle en marmonnant que font-ils en ces lieux ?
    Mais leurs armures, ce n'est pas l'emblème du roi, remarqua-t-elle. Que représente cet emblème en forme de dragon ? J'ai une impression de déjà-vu. J'ai un mauvais pressentiment.
    Aurore dit alors appel à sa magie, d'enchanteresse pour savoir ce qu'il se trame. Et elle eut une vision. Un danger file tout droit sur Saint-Poladeléa.
    — Dorian. Mais oui l'emblème du dragon c'est Dorian… pourquoi n'ai-je pas percuté de sitôt. Le médaillon, Anne est en danger, et je dois à tout prix arriver avant eux. Saint-Poladeléa est à une distance de cinq jours à dos de monture. Tiens, je pense que ce raccourci me fera gagner un précieux temps.
    Aurore emprunta ce raccourci chevauchant à vive allure afin d'alerter Anne au plus vite. Par un coup de chance, elle arriva à Saint-Poladeléa avant ces mystérieux cavaliers. Allant chercher le soutien de Ulfrich, elle lui expliqua la situation, et en sa compagnie elle se dirigea vers l'appartement d'Anne dont elle entra brusquement.
    — Tu dois partir, dit Aurore d'un ton alarmant, en l'ayant trouvée en compagnie de ses deux filles, de Cassandra, D'Amélia et d'Hélène.
    — Ça ne va pas, que se passe-il ? s'écria Anne d'un air inquiet.
    — Nous en n'avons pas le temps de discuter, intervint Ulfrich.
    — Des hommes portant l'emblème du dragon rôdent dans la ville, reprit Aurore, tu dois impérativement quitter le royaume.
    — Pas question. Qu'adviendra-t-il de la cité sans ma protection ? Nous devons combattre.
    — N'oublie pas que tu es venue ici en exile, afin d'y trouver refuge, de mener une vie paisible avec les enfants, lui dit remarquer Aurore. Maintenant tu n'es plus en sécurité ici, tu dois impérativement fuir. Regagne Heimdwekée, regagne ta forteresse. Tu seras en sécurité chez toi.
    — Et mon père ? Je ne peux le laisser ainsi. Tout ce qu'il se passe en ce moment, c'est de ma faute, je dois affronter mon destin. Je dois combattre.
    — Hélas Anne, dit Ulfrich avec un visage triste, cela ne sera pas possible, pas cette fois. Pensez à votre sécurité, et celle de vos filles. Ils ne sont pas venus tuer des villageois innocents.
    — Je regrette, dit Aurore. J'ignore comment ont-ils pu savoir que tu possèdes ce médaillon, mais en attendant ta vie est menacée. Ces hommes sont sûrement sous les ordres d'un nouveau chef portant l'emblème du dragon. Quelqu'un serait en train de poursuivre l'ouvre de Dorian.
    Anne eu un déclic.
    — Dorian, il a un fils et une fille, dit-elle. Shaitâne et Félicia. C'est sûrement l'un d'eux derrière cet acte.
    — Voilà tu as la réponse à ta question, lui dit remarquer Aurore, mais, nous nous n'avançons pas de trop, nous ignorons encore qui est à la tête de tout cela. Pars te réfugiés à Heimdwekée, Ulfrich et Cassandra te suivront.
    — Et pour Ashélia, s'inquiéta Anne ?
    — Ne t'inquiète pas, je m'en occupe, aller file. Une fois que nous aurons quitté la ville, Dannah, Hélène et Amélia la suivra. Bien que ça lui fera de la bonne compagnie, ils pourront également assurer leur sécurité.
    Tous étaient conscients de la situation, et en raison de cela tous suivirent les recommandations d'Aurore. A dos de cheval, ils traversèrent une partie de la ville, puis ils s'en éloignèrent chacun de son côté.
    — Maintenant que nous sommes assez éloignés de la ville, nous pouvons désormais ralentir le pas, puis je tiens à m'assurer que c'est toi qui détiens le médaillon.
    — Bien sûr, maman me la confié, et elle m'a tout raconté, elle m'a informé de tous. En plus de cela, je possède dans mon sac ses précieux écrits.
    — Parfaits, s'exclama-t-elle, nous gagnons un temps précieux. Sachant que c'était ta mère qui le détenait avant toi, nous gagnons encore plus de temps. Bien qu'elle soit en danger, l'avantage sera toujours de notre côté tant qu'il ignore que tu le possèdes. Si bien pour ta sécurité et celle de tous, tu dois impérativement faire attention. Je pense que ta mère a dû te mettre en garde, c'est-ce pas ?
    — Oui, elle l'a fait. Je pense que je suis prête à affronter mon destin. Je sais ce qu'il me reste à faire.
    — Bien, je suis heureuse que tu aies bien accepté.
    — Disons que maman et Cassandra, m'ont ouvert les yeux.
    — Il y a encore une chose que j'aimerai te montrer, je l'ai appris dans des manuscrits à Mémoria. Je pense que cela va te fasciner.
    Aurore stoppa son cheval, et tout le monde en fait de même.
    — Défile le médaillon maléfique, et tiens-le suspendu au-dessus de ma main
    — Que vas-tu faire, dit elle en le faisant ?
    A peine qu'Aurore avait mis sa main dans une certaine position, pour faire apparaître une mystérieuse énergie qu'Ashélia prit peur.
    — Non, Aurore, je ne peux le faire, s'écria-t-elle. Tu risques de me brûler.
    — Ne crains rien, fait-moi confiance.
    — D'accord, je te fais confiance.
    — Bien, reprenons.
    Ashélia hocha la tête en signe d'affirmation, et dit ce qu'Aurore lui avait demandé. Après un moment, l'énergie que produisait Aurore, faisait briller le dessin qui émerveilla les jeunes gens.
    — Que c'est beau, dit Ashélia émerveillé.
    — Élève-le, maintenant, dit Aurore en ayant cessé d'utiliser sa magie, et regarde.
    Le dessin scintillait d'un éclat intense, puis elle remarqua de très fines écritures formant des lettre d'un style gracieux et souple, qui entourait le dessin, elle le mit à la hauteur de ses yeux afin de pouvoir les lires. Elles brillaient d'un éclat persan.
    — On dirait la langue ancestrale des Anciens. J'arrive à peine de les déchiffrer, car j'en ignore le sens de ces mots.
    — A vrai dire, c'est tout à fait normal que tu ne puisses pas comprendre le moindre sens. Comme tu as pu remarquer, c'est bien en langue ancestrale des Anciens qui a été révélé par mes flammes. C'est une langue très peu commune de nos jours, qui pourtant jadis, elle était la langue commune de nos ancêtres. Tiens, prends ceci cela t'aidera dans ton avancer, dit-elle en lui présentant un livre et des parchemins, car il y a des choses que je ne peux ni t'enseigner, et ni t'informer. Ce sont des copies des informations que je trouvais utiles pour toi. Tu dois apprendre le reste toute seule maintenant, et je compte sur toi pour que tu réussisses.
    — Je crois que j'ai compris. Le sort du monde repose entre mes mains.
    — Je ne voulais pas prononcer cette phrase, afin de ne pas te décourager, mais c'est tout à fait ça. Oui, l'avenir de ce monde c'est de toi qu'il en dépend.
    Wouha, c'est excitant, intervint Hélène. Nous allons sauver le monde, des griffes des malfaisants, et on sera considéré comme des héroïnes, comme des légendes.
    — Je ne vois pas ce qu'il y a d'excitant la dedans, rétorqua Amélia, on va devoir voyager, affronter l'impossible, souffrir et ce n'est même pas sur qu'on y arrivera. Ce n'est pas un jeu Hélène, c'est la réalité que tu vois en face de toi.
    — Gna gna gna, grimaça Hélène envers Amélia, qui ne trouvait aucun argument pour riposter.
    — J'admire ton enthousiasme Hélène, dit Ashélia d'une voix douce, mais Amélia à raison. On va devoir passer par de mainte épreuve, on va devoir lutter, et je ne sais guère ce que l'avenir nous réserve. On devrait rester sur nos gardes... soyons prudentes.
    — Tu as raison Anne, dit Hélène, je ne devrais pas m'emballer trop vite, et vu la tournure des choses, il est vrai qu'il n'y a rien d'une atmosphère joyeuse, mais je suis si contente  de partir à l'aventure, que ça me rend folle.
    — Je comprends, je ressens la même chose. Je suis également contente de partir à l'aventure, mais la peur m'envahis, il a trop de chose qui pèse sur mes épaules, j'aurai tellement voulu faire ça sous une autre condition que celle-là, mais bon c'est comme ça, nous pouvons plus faire marche arrière. Ça va aller, Hélène, dit d'elle d'un sourire, ne fait pas cette tête d'enterrement, nous sommes juste un peu à cran.
    Continuant leur route, Aurore maintenait une conversation sans trop importance leur disant qu'il devait se rendre chez leur grand-mère, qui se trouvait à Laenaya la capitale du royaume d'Orion.
    — Il est temps pour nous de nous séparer, allez, bonne route, et soyez prudente.
    — Je veillerai bien sur eux, dit Dannah,
    Menant sa monture au galop, Aurore quitta les terres d'Elvenn se dirigeant vers l'est, ensuivie de la ville d'Alésia et des terre Aulndrac elle quitta le royaume en entrant temporairement dans celui de Xénas-Xion en passant par la ville d'Ermia, elle continua sa chevauché sur les terres d'Asteroth du royaume d'Han-Akannd, et perçut au loin les silhouettes des villes qu'elle passait à proximité. Tout au long de cette moitié de parcours, elle ne mit pas une seule fois les pieds à terre. Elle déjeunait elle dormait sur sa monture, qui elle, ne montrait aucun signe de fatigue, elle parcourait des déserts de prairie à vive allure. Arrivée au  bord du fleuve d'Euphratt, elle laissa sa monture se désaltérer. Aurore prodita de ce laps de temps pour ôter son sac de son dos afin de se restaurer en eau comme en nourriture. Une fois prête, Aurore remonta sur le dos de son cheval et franchit le fleuve, puis elle continua son chemin. Il restait encore quelques lieues à parcourir avant qu'elle vît la fin de la traversée de ce royaume afin d'entamer un autre. Désormais à un peu plus de mi-chemin de sa destination, elle traversa les terres de Jenov puis d'Hesphaïstos du royaume d'Han-Era, et alla faire un arrêt beaucoup plus long dans une auberge de la ville d'Hyperion, pour se réapprovisionner et se reposer.

      La date/heure actuelle est Dim 23 Sep - 18:26