Partie 7.1

    Partagez

    Cassyfantasya
    Admin

    Messages : 111
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Partie 7.1

    Message par Cassyfantasya le Lun 14 Avr - 10:51

    Au réveil, bien qu'elle ait fait une grâce mâtinée,  Aurore ne semblait pas être pressée. Longtemps elle n'avait pas aussi bien dormi. Ayant repris son chemin, elle s'approcha de la forêt d'Heruonkil, dans la mi-journée, jusqu'à traverser ses sentiers et au bout de celle-ci, elle perçut la cité de Comore. Dès son arrivée dans la cité, elle se rendit directement au château. Beaucoup d'années ont passé depuis leur dernière rencontre. L'ayant brièvement aperçu d'où elle était, Félicia était à la fois heureuse et surprise de la revoir. Bien qu'elle ne s'attendait pas à sa venue, elle se dirigea tout de même vers elle afin de l'accueillir. Quant à Aurore elle, lâcha sa monture aux pieds des marches, qu'elle monta pour rejoindre Félicia, qui venait l'accueillir, arrivé en face d'elle, elle faisait une sorte de révérence pour la saluer.
    — Je suis ravie de te revoir Aurore, cela fait si longtemps que l'on ne s'était pas vu, dit-elle en la serrant dans ses bras. Quel bon vent t'amènes ici, continua t elle l'invitant à entrer dans sa demeure.
    Aurore engagea une conversation sans importance.
    — J'ai un mauvais pressentiment, dit Aurore dans sa tête.
    Brusquement, Aurore arrêta de parler. La pièce où elle était devint silencieuse.
    — Je ressens quelque chose d'étrange dans cette demeure, comme si l'hostilité était aux aguets continua-t-elle dans sa tête. Je ressens une présence maléfique. Je devrai me méfier.
    — Il y a quelque chose qui ne va pas, Aurore ?
    — Ne t'en fais pas, ce n'est rien. En fait... Je m'inquiète pour les jours à venir.
    — Que veux-tu dire ? C'est au sujet du médaillon, n'est-ce pas ?
    — Il a refait surface.
    — Pour ne rien te cacher, je le sais, et mon père vous a bien devancé. Il a envoyé Shaitâne sur la piste. Il a fait prisonnier un de nos amis avec lequel notre secret avait été gardé. Pour le protéger de la menace de mon père, il m'a fait confiance de lui dire la vérité. Du coup il a dénoncé Anne au lieu de sa jeune fille.
    — Tout s'explique, alors. J'ai vu des cavaliers en armure noir portant l'emblème du dragon, dans la citée de Saint-Poladeléa.
    — Oui, mais avec ton soutien, elles ont réussi à fuir. Alors, les jeunes filles sont hors d'atteinte, enfin presque depuis ma révélation cette nuit.
    — Que s'est-il passé ?
    — Ashélia, eu des ennuis dans la ville de Freynésis, et le médaillon eu prit possession de son esprit, et maintenant Shaitâne, sais qui le possède réellement, et il est a cessé de suivre Anne. Son attention est concentrée sur la petite Ashélia.
    — Comment, a-t-il pu la détecter aussi rapidement ?
    — Shaitâne possède un fragment de ce médaillon, une perle pour ainsi dire et celui-ci possède un très grand pouvoir, qui marche en symbiose. Si le médaillon brille, sa perle brille et il voit tout. Mais ne t'inquiète pas les jeunes filles sont bien prisent en charge. Elles ont rencontré le fameux Freïhr, il les mènera à Laenaya. C'est bizarre que tu n'aies pas eu ces visions.
    — En effet, je trouve ça bien étrange que je ne les aie pas eus, mais j'en aie vu d'autre bien plus avancé.
    — Qu'as-tu vu ?
    — Notre destruction pour te résumer. Et... ce médaillon en est la clef.
    — Je ne peux rien te cacher, Aurore, réagit-elle à la gravité de la situation. En effet, j'ai eu une vision similaire, mais cela reste encore flou. Je sais que mon père est la cause de tout ce désastre.
    — Comment ton père pourrait être en vie s'il a été tué par Michka ?
    — Ah ah ah, dit-elle d'un léger rire. Mon père oui il est bien mort, mais à cause de la magie interdite qu'il avait renfermée dans son médaillon, son esprit est présent, et tant que cet objet ne sera pas détruit son esprit erra sur ce monde à tout jamais. Je sais également qu'il possède les terres d'Oblivion, et qu'il a étendues avec le royaume d'Han-Ashara. Il s'est créé une place forte, il a reconstitué une armée, des industries se construise à tout va, dans le but de créer un nouvel ordre, peut-être bien meilleur que le nôtre. La situation est bien chaotique pour la Grande-Alliance.
    — Je rêve, dit Aurore outrée sur ce que vient de dire Félicia.
    — Non, ce n'est pas un rêve, la situation a bel et bien mûri Aurore, je suis désolé de t'apprendre cette fâcheuse nouvelle. Et moi je ne peux rien faire, face à cette menace. Je suis vraiment navré Aurore.
    — J'ai besoin de ton soutien Félicia, nous devons nous soulever.
    — Hors de question, je ne sacrifierais pas de ce qui me sert d'armée et encore moins ma vie pour une cause vouée à l'échec. La guerre risquerait d'éclater dans le cas il découvrirait une éventuelle résistance. Son armée est déjà prête, elle n'attend plus que ses ordres.
    Ce que viens de dire Félicia, lui coupa le souffle tel que recevant une flèche en plein cœur.
    — Je m'en doutais, se ressaisit-elle, maintenant, tout est clair. Je comprends mieux la situation. Il frappera c'est certain. Son énergie est centralisée sur le médaillon pour le moment, mais il détruira la Grande-Alliance. Si nous voulons agir, c'est maintenant. J'ai besoin de ton soutien Félicia, je n'arriverais pas à bout de lui toute seule.
    — Demande l'aide des autres peuples. Peut-être eux, s'uniront à toi.
    — C'est de toi dont j'ai besoin. Tu es la seule personne qui pourrait m'aider pour le vaincre. Une partie de son sang coule en toi, il t'a transmis un grand pouvoir. Je sais que combattre ne te fait pas peur.  Alors, dis-moi, quelle est donc la véritable raison pour que tu ne puisses pas m'accorder ton soutien ? Si nous laissons agir les ténèbres à leur plein gré, ce monde dont les paysages que nous trouvons magnifique peuplés de nombreuses espèces de vie que nous admirons, seront détruits par les flammes de l'industrie et la guerre. Souhaites-tu cela ?
    — Non, ce n'est pas ce que je souhaite, mais je suis aussi impuissante que toi Aurore. La situation a plus que mûri, elle est arrivée à terme. Tu ignores la force de celui que t'y opposes. Ce n'est pas un être de chair que tu vaincs par l'épée, mais un être spirituel dont aucun n'arme, ni le feu, ni la glace, ni la foutre ne peut le tuer. C'est comme si que l'on combattait contre le vent.
    — Tu oublies que les esprits errants sont sensibles à la lumière de l'étoile, cela les embraserait, et tu oublies également que certaines de nos armes sont conçues de cette matière.
    — Certes... mais sache que l'obscurité gagne du terrain en ce moment, et plus vite que tu ne le crois. La lumière cédera au néant. Il est trop tard.
    — Alors, agissons avant qu'il ne soit vraiment trop tard. Réunissons nos forces et détruisons ce médaillon.
    — Je comprends cette douleur, j'aurai bien voulu t'offrir mon aide, même ma vie s'il le fallait, mais je ne peux pas. Je suis désolé, Aurore, ma décision est prise.
    — Je ne te comprends pas, Félicia. D'un côté ; tu m'offrirais volontiers ta vie, mais de l'autre côté tu refuses. Quel est le sens de ton raisonnement ? De quoi aurais-tu peur, que me caches-tu ?
    — En fait... Je n'ai pas peur de mourir, et encore mois de la menace qui vient des terres d'Oblivion, je sais que cela va te paraître absurde, mais j'aime mon père.
    — Si tu aimes vraiment ton père, et que tu n'as pas peur de mourir, aide-moi à le libérer des griffes du Démon avant qu'il n'accomplisse la totalité de ses sombres projets.
    — Je crains que cela ne soit pas possible, c'est mon père et je lui dois le respect et l'obéissance. Et quel est le rapport entre mon père et le Démon ? Qu'insinues-tu ?
    — Je respecte ton opinion, mais si tu refuses de le combattre,  essaie au moins de le convaincre.
    Qu'il nous laisse détruire ce médaillon afin qu'il puisse reposer en paix !
    — Cela ne me dit pas le rapport qu'il y a entre le Démon et mon père.
    — Bon sang tu es aveugle Félicia, c'est à cause du Démon que ton père a sombré vers la méchanceté. Le Démon est la source du mal, insista-t-elle, et ton père a trahi la Grande-Alliance, bien avant sa mort. Pour une certaine raison ton père serait allié avec Edouard, et comme celui-ci est mort, il trouva un autre moyen, une autre source pour continuer son œuvre, et c'est tombé sur ton père, un brillant enchanteur, un des plus puissants, ayant la connaissant de la magie interdite, et ce médaillon qu'il forgea de ses mains est désormais lié à lui. Le Démon l'utilisa comme une vulgaire marionnette. C'est de lui qu'il tient ces ordres, et pour mettre un terme à ce désastre, nous devons trouver un moyen de le détruire...mais... j'espère que tu ne rejettes pas la faute sur la Grande-Alliance pour ce qui lui était arrivé.
    — Pourtant, tu me sembles me dire vrai, mais ce n'est pas ce que je ne veux pas, loin de là, comme je te le disais un instant, je ne peux pas.
    — Je ne comprends plus rien, nous tournons en rond, pourtant avec tes visions tu devrais voir claire, mais j'ai l'impression qu'il y a comme un manque de volonté ou je ne sais quoi.
    — Je suis consciente de la situation, Aurore. Mais, c'est comme si que l'on me donnait pas le choix.
    — On ne dirait pas que tu es consciente de la situation, car on a toujours le choix lorsqu'on se donne de la peine. Où est cette enchanteresse qui m'avait transmis tout son savoir, et qui m'avait soutenu pendant tout mon apprentissage lorsque je n'arrivais pas à surmonter certaines étapes ? Et pour m'encourager, elle me disait « Aurore ne baisse jamais ta garde devant chaque difficulté que tu croises. Persévère encore et encore, ne lâche rien. Gagne de la volonté et uni là à ton courage qui fait ta force, et à ce moment-là l'espoir te sourira. Tu deviendras grande et forte» Bien que je le doive à sa patience et à sa sagesse, j'ai réussi mon apprentissage, en l'ayant bien écouté, et bien d'autres épreuves m'attendent, et celle-ci en fera partie, avec ou sans ton aide.
    — Aurore, ce sont de belles paroles que tu as retenues de moi, je suis fière de toi, mais... je n'ai vraiment pas le choix, car je suis prisonnière, depuis le jour de l'arrestation de notre ami. Shaitâne a jeté quelque mot à mon père qui depuis ce jour se méfie de moi. Voilà ce que j'ai à dire.
    — Mouais c'est encore un de tes prétextes pour ne pas nous aider, j'en ai assez. Je me débrouillerai seule finalement... je m'en vais.
    Après avoir découvert qu'elle perdait son temps, Aurore lui tourna le dos et entama la marche afin de partir
    — Aurore, reviens, j'ai réfléchi, j'ai une proposition à te faire.
    Continuant sur sa lancée, Aurore l'ignora.
    — Aurore cria Félicia à pleine voix.
    Toujours rien hormis un léger sursaut.
    — Je t'ordonne de revenir tout de suite, dit-elle après avoir utilisé sa magie pour fermer les portes afin qu'elle ne parte.
    — Ce que j'ai à te proposer pourrait te sauver la vie.
    — Je t'écoute, dit-elle s'étant retournée, avançant vers elle.
    — D'accord, tu as gagné, mais ne te réjouis pas trop vite, car si tu veux que je t'accorde mon soutien, il faudra l'acquérir, et pour l'obtenir, tu devras juste me démontrer de quoi tu es capable en combat singulier. L'emploie des sorts et de la magie est accepté en plus du contact mais je te préviens qu'il est inutile d'agir au-delà  de ses limites, car ce serait dangereux pour l'une d'entre nous et de chercher à supprimer la vie de l'autre ce n'est pas ce que je demande. Il faudra juste que l'une de nous deux se sente vaincue. Si tu gagnes, je te suivrais et je ferais en ce qui est en mon pouvoir pour t'aider, mais dans le cas où si tu échoues bien que cela me ferait de la peine, tu seras emprisonné ici à jamais.
    — Sommes-nous obligés de passer par là ?
    — Si tu veux obtenir ce que tu me demandes, il faut entendre ceci comme une épreuve.
    — Alors en garde.
    — Sage décision.

      La date/heure actuelle est Mer 19 Déc - 8:33