Partie 9.4

    Partagez

    Cassyfantasya
    Admin

    Messages : 111
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Partie 9.4

    Message par Cassyfantasya le Lun 14 Avr - 11:02

    Dannah dégaina son épée et engagea un combat en plein mouvement avec les soldats ennemis, tandis qu'Hélène utilisa sa magie qui faisait des ravages. Elle les faisait valser. Hélène était très efficace en combat à distance. Sylvania inquiète lançait des regards successifs autour et derrière elle. Malgré une telle angoisse, elle maîtrisait sa monture d'une souplesse extraordinaire. Même en étant distraite, elle chevauchait sa monture d'une vitesse fulgurante tout en évitant les pièges de la nature. Elle était impressionnante, même suicidaire, puisque dans la foulée elle s'était prise une fine branche de feuille qui lui fouetta le visage et cela ne l'avait même pas déstabilisé. Pauvre Amélia qui avait du mal à suivre. Elle avait le corps plaqué contre sa monture, serrant très fort les guides et la crinière, et de temps en temps, elle retenait sa respiration et fermait les yeux, car elle avait peur de la vitesse. C'était sa monture qui faisait tout.
    — Courage, Sylvania dit l'esprit d'Ashélia, ce n'est pas le moment de fléchir. Encore un effort, le fleuve de Lathéria n'est plus bien loin. Je vous ferais passer de l'autre côté de la rive et nous saurons bientôt en sécurité. Je te demande juste de me faire confiance.
    — Je crois que je n'ai pas le choix Ashélia puisque c'est toi qui commandes la monture.
    — Oui c'est vrai, mais je te préviens afin que tu ne sois pas surprise.
    — Tu as bien fait.
    — Amélia, dit l'esprit d'Ashélia.
    — Hein ! Ashélia, c'est toi. Non, je dois rêver. Cela ne se peut.
    — Eh Amélia ! Non, tu ne rêves pas, dit la douce voix.
    — Mais comment peux-tu me parler si tu es blessée, te trouvant inconsciente dans les bras de Sylvania ?
    — Amélia, gloussa-t-elle, tu oublies que je suis une invocatrice, et que je possède un certain pouvoir, qui est la magie chimérique, et que je peux parfois dans des moments extrêmes me révéler, cela me coûte beaucoup d'énergie que je dois toutefois économiser.
    — Oui je comprends mieux maintenant.
    — Alors, écoute-moi attentivement Amélia.
    — Oui je t'écoute.
    — Détends-toi un peu, tu es crispé sur ta monture. C'est moi qui contrôle ton cheval depuis que je sentais que tu étais affolé. Tu étais terrorisé de peur pour ainsi dire. Le fleuve de Lathéria est tout proche, je te demande juste de me faire confiance, je vais te faire chevauché de très près de Sylvania et un moment donné je vais faire en sorte de propulser vos chevaux dans les aires afin de rejoindre l'autre rive, et vous serez en sécurité.
    — J'espère que tu sais ce que tu fais.
    — Ne t'inquiète pas, tout va bien se passer. Dannah... Hélène..., continua-t-elle.
    — Oui Ashélia, dirent-elles en cœur.
    — Nous approchons du fleuve de Lathéria. Je vous demande d'ignorer les ennemis et laisser moi prendre les commandes de vos montures afin de les orienter vers le bon endroit. Dannah, je crains que je n'aille pas les ressources nécessaires pour la suite du plan, alors je souhaite que tu utilises ta magie chimérique pour faire projeter ta monture et celle d'Hélène dans les airs afin de rejoindre l'autre rive, je m'occupe de Sylvania et d'Amélia. Bonne idée Ashélia ! Fais attention de ne pas trop puiser dans tes forces.
    — Je vais essayer. Merci du conseil.
    — Qu'as-tu l'intention de faire là ? Je n'ai pas très bien compris. Oh non non non ! dit-elle en voyant la berge du fleuve approcher très rapidement, si je pense à ce que je vois n'y pense même pas.
    — Nous n'avons pas le choix. C'est notre seule chance. Allez ! Accroche-toi Hélène.
    Aidé de la magie d'Ashélia, Dannah invoqua sa magie chimérique afin de propulser leur monture très loin atteignant l'autre rive. Leurs sauts étaient un succès. On avait cru que les chevaux volaient. Amélia et Sylvania qui étaient déjà sur place faisaient une halte afin que les montures se reposent.
    — Je crois que nous sommes en sécurité, dit Sylvania en regardant autour d'elle. Je pense que tu peux préparer ton élixir.
    — Ah oui ! Bonne idée !
    Amélia sortit son sac et un récipient puis fait sa mixture en mélangeant les ingrédients dans un certain ordre et finit par verser un peu d'eau pour la rendre liquide, et en renversa dans la fiole et bouchonna.
    Hélène et Dannah qui venaient d'arriver se posèrent auprès de la scène afin d'observer ce que faisait Amélia.
    — Voilà, c'est prêt ! dit-elle en la secouant.
    Et avec le restant de la mixture, elle l'étala sur ses plaies lui faisant un pansement.
    — Berk, dit Hélène écœurer, j'espère que ça ne se mange pas.
    — Malheureusement, ça se boit, c'est un élixir Hélène, non pas du jus de fruit.
    — Ça va ! J'avais bien vu.
    Sylvania saisit la tête d'Ashélia et la pencha légèrement en arrière afin d'aider Amélia qui versait la potion dans sa bouche. Ashélia eut une toux successive lorsqu'elle sentit passer le liquide à l'intérieur d'elle.
    — Ça y est, je sens qu'elle se réveille, dit Sylvania.
    — Que s'est-il passé ? dit-elle d'une voix faible.
    — chutttt, repose-toi, intervint Sylvania.
    — Tiens... les revoilà, dit Dannah en s'approchant de la berge.
    — Ils ne vont jamais nous lâcher, lança Hélène.
    — Ils ont l'air vraiment être furieux.
    — Tellement furieux que celui en tête de ligne ait du mal à tenir en place sa monture, dit Hélène d'un ton moqueur.
    — Il n'est pas mort lui, dit Dannah en reconnaissant Shaitâne. Comment a-t-il pu survivre sous l'effondrement de la forteresse ?
    — Assez joué ! cria-t-il d'un air furieux, tournoyant sa créature dans tous les sens parfois même à la faire cabrer.
    — Mais on ne joue pas non plus, c'est vous qui nous pourchassiez depuis le début, j'ai la mémoire courte, vous voulez quelques choses en particulier, rétorqua Dannah.
    — Et en plus, elle se fiche de nous. Si ce fleuve ne nous séparait pas, je t'aurais déjà écrasé, sale vermine.
    — Qu'est-ce qui vous en empêche de le traverser ? Venez donc le chercher vous-même, si vous y tenez.
    Personne ne réagissait. Shaitâne était très furieux, car cet obstacle de taille les séparait.
    — Allez ! De quoi as-tu peur Shaitâne ? Aurais-tu peur de l'eau, gloussa-t-elle ?
    — Ah ! Tu me défies ! Si tu y tiens, c'est ce que je vais le faire, et je t'arracherai les tripes.
    — Il faut déjà que tu traverses ce fleuve pour m'attraper, et au point que tu en es, tu es mal parti.
    — Attention mon seigneur, elle ne fait que vous enrager, pour vous inciter à tomber dans son piège. Avouons-nous vaincus pour cette fois. Nous aurons notre revanche plus tard.
    — Taisez-vous, soldat ! Jamais une force si insignifiante ne me fera reculer, et encore moins me vaincre. Je ne m'avouerais jamais vaincu. Aie-je été assez claire ? À moi de sortir le grand jeu maintenant.
    D'un verset en langue Sayanthe il dit appel à sa magie chimérique.
    — Je vais te faire payer tes paroles odieuses, insolentes.
    — Il n'a pas l'air de plaisanter, remarqua Hélène.
    — Moi non plus ! rassura Dannah d'une voix confiante.
    — Attention ! Un jet de feu, dit Hélène attrapant Dannah comme pour la protéger.
    Un étrange bouclier s'était formé autour d'elles les protégeant des flammes.
    — Que s'est-il passé ? Les flammes auraient dû nous atteindre, dit Dannah qui ne comprenait rien.
    — Regarde Dannah, l'énergie sort du corps d'Ashélia.
    — Elle me surprendra toujours.
    Les deux jeunes filles se levèrent sereinement, et virent un dragon en écaille d'argent et blanc qui survolait juste en face.
    — On dirait qu'il a fait appel à la magie chimérique, dit Dannah.
    — Il doit être très en colère. Je pense qu'il ne faudrait pas le sous-estimer. Les ténèbres peuvent parfois être imprévisibles. Et on dirait qu'il serait prêt à tout pour récupérer le médaillon de son père.
    — Tu as raison Hélène, restons sur nos gardes.
    — Alors Dannah, dit-il du haut de son dragon, que dis-tu de cela ? Tu fais moins la fière à ce que je vois. Tu veux toujours me défier, ou bien vous me donnez gentiment le médaillon qui m'appartient.
    — Jamais. Je préfère plutôt mourir, répondit-elle d'un ton décidé.
    — Ne sois pas si perspicace. Tu ne sais même pas ce que tu dis. Allez ! Donnez-le-moi, et tout se présentera bien pour tout le monde, dit-il en tendant sa main.
    — Vaux mieux que tu rentres chez toi Shaitâne, dit l'esprit d'Ashélia.
    — Qu'il me parle ?
    — Qu'importe qui je suis, ou qui te parle, mais je te conseille vivement de rentrer chez toi, sinon....
    — Ou sinon quoi ! interrompit Shaitâne. Vous allez me donner une leçon ? D'ailleurs, je ne vous vois même pas.
    Une boule d'énergie sortit du médaillon d'Ashélia, et se matérialisa sous son apparence.
    — Laissez-moi faire, dit-elle à ses compagnons qui essayaient de la retenir.
    — Tien, tien, tien, Ashélia. On dirait que tu as eu un léger souci pour que tu te présentes sous cette forme. Sans ton médaillon, tu serais déjà morte à l'heure qu'il est.
    — Et tu en es fière.
    — À vrai dire... oui. Et tu l'as cherché. Tu possèdes quelque chose qui m'appartient et que je souhaite simplement récupérer. Donc... Il faut en prendre qu'à toi-même.
    — Mon seigneur, faites attention, ça a l'air dangereux.
    — Il a raison, dit un autre soldat, je crois que nous devrions partir, je le sens mal ce coup là.
    — Vous plaisantez, messieurs, ce n'est qu'Ashélia, ce n'est qu'une petite-fille, et ce n'est qu'une illusion.
    — Une illusion qui semble bien réelle et qui n'a pas l'air de plaisanter.
    — Écoute tes gentilshommes Shaitâne, rentre gentiment à la maison.
    — Tu vas plutôt goûter aux flammes, dit-il en lançant une attaque de son dragon.
    L'esprit d'Ashélia créa une onde qui les protégea des flammes, et invoqua un long bâton qui se matérialisa petit à petit. Et elle s'avança vers Shaitâne, marchant sur l'eau.
    — Tu joues avec le feu, Ashélia. Regarde-toi ! Tu es si fragile et sans défense, isolée au plein milieu de cette forêt avec des compagnons qui sont incapables de te défendre. Qui d'autre te défendra à présent ?
    — La foi me sufdit, Shaitâne.
    — Vraiment, dit-il d'un air moqueur. La foi n'est qu'illusion. Ce n'est que des paroles dans le vent, une entité religieuse liée à un dieu faible, même oublié. Ce n'est pas une arme de taille pour nous affronter. Cesse ce comportement rebelle pendant que je te laisse encore le temps. Ou bien... Tu mourras sous nos lames. C'est à toi de choisir. Alors, sache bien réfléchir.
    — Retourne d'où tu viens traître, et que les flammes de l'enfer t'emportent. Ce médaillon tu ne l'auras jamais tant que je le possède. Et n'oublie pas que notre dieu est le créateur. L'être suprême, le plus puissant. J'ai confiance en la foi. J'ai confiance en lui.
    — Cesse ces paroles qui me donnent envie de vomir, et d'ailleurs tu me fais mal aux oreilles.
    Il lança encore une attaque pour la faire taire, mais sans succès.
    — On dirait que tu n'admets pas la vérité. Cela te ronge le cœur n'est-ce pas ?
    — Si mon dragon ne peut t'atteindre, je vais te détruire de mes propres mains.
    Shaitâne descendit de son dragon, il sortit de son fourreau cette fameuse lame empoisonnée.
    — Tu te souviens d'elle, Ashélia, dit-il en avançant en lévitation sur l'eau, c'est la même lame qui a empoisonné ton corps.
    — Soit, dit-elle en garde.
    — Et je vais t'écraser une fois pour toutes, dit-il enrager.
    Shaitâne chargea l'esprit d'Ashélia qui bloqua sans aucun problème à l'aide de son bâton.
    — Méfie-toi de cette force qui te semble être inerte Shaitâne. Tu vas découvrir ce qu'est la foi, et de ce qu'elle peut faire.
    Ashélia envoya une onde de choc qui propulsa Shaitâne en arrière.
    — Tu vas également voir qu'elle n'est pas qu'une simple illusion pour ceux qui y croient, et qui savent la maîtriser. Mon plan se passa comme prévu, pensa-t-elle.
    De sa voix mélodieuse, elle prononça des versets en ancien Elfique, et agitant ton bâton, elle tournoyait dans tous les sens comme si qu'elle dansait sur l'eau. Sa voix ne tremblait pas.
    — Ah ah ah ! Est-ce ça la foi, ricana-t-il, que vas-tu faire en dansant avec ton vulgaire bâton ? Me tuer ? Non, trêve de plaisanterie. Tu n'as aucune chance contre nous.
    Ashélia priait, elle invoquait les forces divines qui en signe de réception dirent scintiller son bâton d'une lueur intense. Et l'esprit d'Ashélia se changea en une guerrière en armure avec une épée et un bouclier en main. Cette fois si c'est elle qui le chargea, mais son attaque fut parée.
    — Il va falloir faire mieux que ça, dit-il avec orgueil.
    — Ton orgueil touche à sa fin, Shaitâne. Certes, je ne t'arrêterai pas, mais ceci le fera. Ce n'est que le début du combat, dit-elle en le rechargeant avec un échange de multitudes de coups.
    Et un moment donné Shaitâne se trouva projeté dans l'eau, dont l'esprit d'Ashélia avait augmenté le courant. Il fut ensuite aspiré par le fleuve avec la force de l'eau.
    — Non, cela ne se peut, dit-il prisonnier des eaux.
    Bien qu'il essayait de lutter, il était impuissant, et il fut emporté par le courant, désormais loin des jeunes filles. L'esprit d'Ashélia se volatilisa. Comme si rien ne s'était passé.
    — Regardez, dit Hélène, ces soldats on fait demi-tour.
    — On dirait qu'ils ont compris leur leçon, dit Dannah.
    — En tout cas, nous ne les reverrons pas de sitôt.
    — Remettons-nous en route.
    — Oui tu as raison, Sylvania, dit Dannah.
    Après quelques lieues de chevauchées, la traverser de la forêt touchait à sa fin. Rapides comme le vent, elles n'avaient pas mis longtemps à franchir la montagne de Frima, et les terres d'Enoka.
    — Tien bon Ashélia, dit Sylvania, nous sommes bientôt arrivées.

      La date/heure actuelle est Dim 19 Aoû - 17:28