Partie 1.1

    Partagez

    Admin
    Admin

    Messages : 17
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Partie 1.1

    Message par Admin le Mar 8 Avr - 17:38

    Après avoir passé le lent rythme de l'hiver, la douceur du printemps réanimait le train de vie quotidien d'Ancia. Les ports commerciaux du monde reprenaient entièrement leurs diverses activités avec les va-et-vient des bateaux. S'approchant du port de Saint Poladeléa, les marins profitaient pleinement du paysage qui resplendissait grâce au soleil. A son zénith, il rayonnait dans le ciel bleu tacheté de faibles nuages. La vue dégagée, les hommes ne rataient rien des côtes du royaume d'Han-Eltras, où moutonnaient les vagues de l'océan de l'Ostlandcia qui s'échouaient sur les falaises. Malgré ce beau temps, la plage était peu animée. En effet, sur la rive, une brise rafraîchissait énormément l'atmosphère. Toutefois, cela n'avait pas empêché quelques personnes courageuses de passer un peu de bon temps sur ce sable qui avait su se montrer clément. Parmi elles, deux adolescentes, d'une lignée importante marchaient près de ce rivage. Tout ce temps passé dans la rigueur de l'hiver paraissait si long que leur joie était proche de l'extase. Toutes les deux vêtues d'une robe légère estivale, elles se promenaient, en compagnie d'un fidèle ami canidé. Ce dernier  tournait autour d'elles d'une manière difficile à cerner, comme s'il voulait à la fois jouer et assurer leur sécurité. Tenant leurs chaussures à la main, elles mettaient leurs sens à l'épreuve les menant jusqu'à un certain bien être. A en croire le sentiment d'Ashélia, les grains de sable qui s’entremêlaient entre ses doigts de pied étaient doux et offraient une agréable chaleur. Elles observaient le mouvement des vagues qui offraient un spectacle attrayant, et se mélangeant à son chant à celui aux cris des oiseaux marins, créaient une ambiance sonore apaisante. Le plaisir d'humer l'odeur de la marée transportée par le vent contribuait à cette volupté. Ce vent frais devenait presque insupportable pour Ashélia, non pas parce qu'il faisait froid, puisque étant de souche Sayanth elle était immunisée contre les températures les plus basses. Mais, elle était gênée par ses longs cheveux blonds qui la contraignait à poursuive le chemin la main près du visage, afin de se protéger des fouettements, et pour de temps à autre, se dégager la vue. Quant à Hélène, elle n'avait pas ce problème puisque sa belle chevelure flamme ; qui descendait jusqu'au milieu du dos, était coiffée en natte, ce qui la rendait assez sereine, contrairement à son amie.
    — Arrête toi cinq minutes Ashélia, intervint Hélène, laisse-moi arranger tes cheveux de manière pour qu'ils ne te gênent plu.
    Ashélia stoppa net la marche, et laissa Hélène s'occuper de sa chevelure qu'elle façonna en deux grandes tresses. Elle les avait reliées entre elles derrière sa nuque, afin de maintenir le reste libre.
    — Voilà, cela devrait être mieux ainsi.
    — Merci Hélène.

    Ashélia est une jeune princesse. Aux premiers abords physiques, un inconnu la jugerait fragile à cause de sa frêle corpulence. En plus de sa minceur, elle est petite pour son ethnie, car les Sayanth sont généralement de grande taille au corps athlétique. Son origine des grands froids, elle le devait surtout pour sa résistance aux températures négatives. Son regard bleu intense, et sa longue chevelure blonde mettaient en valeur son doux visage pâle aux traits raffinés. Elle ressemblait trait pour trait à sa mère, la reine Anne, mais elle était si belle qu'on aurait dit qu'elle descendait d'Ancia en personne. Derrière cette pureté se cache une personnalité énigmatique, car elle demeure secrète.

    Venant de nulle part un ballon atterrit à côté d'elles. Ashélia le ramassa et shoota de toutes ses forces à leur propriétaire. Elles s'avancèrent afin d’aller à la rencontre un groupe qu'elles connaissaient.Ces gens les convia à jouer au ballon avec eux. Hélène suivis du canidé accepta de passer un peu de temps avec eux, quant à Ashélia, elle refusa et alla s’installer en retrait isoler dans un coin en haut d'une bute de sable, et sort de son sac à dos un mystérieux livre qu'elle le lit dès le début (la genèse). Pendant qu'ils prenaient du bon temps, Ashélia était toute seule ce qui inquiétait les gens. Même le chien se faisait du mouron pour elle, d'ailleurs il avait abandonné la partie afin de se poser auprès de sa maîtresse d'un air affectueux. Ayant attiré l'attention de l'intéressée, il se fait caresser sa douce fourrure. Mais, c'était sans succès, elle ne dériva pas ses yeux de son livre, elle resta concentrée. Nebraska ne voulait pas en rester là, d'un air décidé et persévérant il changea de plan. Peut-être qu'il n'avait pas la parole mais il savait bien se faire comprendre. Avec quelques agitations suivies d’aboiement, il réussit à convaincre Ashélia de passer un peu de temps avec eux.

    Nebraska est l'animal de compagnie d'Ashélia. Ce canidé était né le même jour qu'elle, et avait grandi ensemble. Après tant de temps d'années de complicité, il est devenu plus qu'un animal de compagnie, un ami, même le plus fidèle.  Cette massive boule de poile, au comportement exceptionnel,  réagit à la fois comme un simple chien foufou qui court partout pour jouer, et comme une personne, un être réfléchit qui comprend tout et sait faire part de ses sentiments, ce qui est rare chez un animal. Venant des terres de grand froid, sa corpulence musclée est enveloppée d'une douce fourrure blanche avec des traits noir et argenté tel qu'un loup. Son doux regard vairon est parfois trompeur. Derrière sa tête de chien affectueux, cache un ami qui sait se montrer défensif. Vaut mieux s'en faire un ami qu'un ennemi, car doté d'une puissante mâchoire aux crocs acérés, et agile comme un félin, ce qui fait de lui un redoutable chasseur.

      La date/heure actuelle est Mer 19 Déc - 7:59