Partie 1.5

    Partagez

    Admin
    Admin

    Messages : 17
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Partie 1.5

    Message par Admin le Mar 8 Avr - 17:57

    À peine rentrées à la maison, Anne les convia de se rendre dans le salon malgré l'heure.
    — Cassandra... Aurore... Je suis désolé. Mais il faut que ça sorte, je ne peux plus vivre dans le mensonge. Il y a quelque chose qui m'incite à tout révéler, aux enfants.
    — Je te comprends, fit Cassandra, je ressens la même chose, si tu te sens prête n'hésite pas à le faire maintenant. Si tu as des difficultés, Aurore et moi t'épaulerons.
    — Merci de votre soutien.
    — je commence à m'inquiéter là, fit Ashélia en stressant.
    — Pour une certaine raison, j'ai longtemps caché une partie de votre identité en m'étant réfugié ici.
    — De quoi parlez-vous, s'inquiéta Dannah  ?
    — Ne vous inquiétez pas rassura Cassandra, rien de terrible ne se passera. Votre mère souhaite simplement dévoiler votre véritable racine.
    — Nous sommes bien de la famille royale d'Han-Eltras, n'est-ce pas  ? Nous possédions bien nos véritables prénoms  ?
    — C'est seulement une partie de vous, affirma Anne.
    — Alors, je ne vois pas où est le mensonge, rétorqua Ashélia.
    — Le mensonge....Je vous ai caché l'autre partie de vous, continua Anne, vous avoir caché le côté de votre père, le douloureux souvenir que je ne cesse de penser, et j'ai caché le rôle que  vous devais avoir sur ce monde.
    — Notre père, n'était-il pas un soldat Elte mort de maladie  ? fit Ashélia qui cherchait à comprendre.
    — Non. Ton père n'était pas un soldat d'Han-Eltras, mais un prince, l'héritier du royaume Sayanth. Il était soldat invocateur, et il n'était pas mort de maladie, mais par la guerre. Et cette  guerre nous avait tous affecté, prenant des êtres qui nous avait était cher. Hélène et Amélia en sont victime aussi.
    — Je ne comprend plus rien, rétorqua Ashélia.
    — Il eut une guerre dans le passé, intervint Hélène.
    — Oui Hélène, il eut une guerre, fit Cassandra, Votre père était mon frère, c'était un grand homme, une valeureuse personne, il ne reculait devant rien, il était toujours de l'avant, il était bon et généreux, il aurait fait un bon monarque, et nous portons le même deuil. Quant à Amélia, elle a perdu ces deux parents. Sa mère s'appelait Junaleska, la maladie l'avait emporté juste après sa naissance. Et son père s'appelait Kalaâne. Ce n'était bien entendu pas un soldat de l'armée de Saya qui aurait péris en mission, mais un puissant guerrier. Il avait le même rôle qu'Aurore et moi. Nous étions des gardien. Notre devoir était de protéger l'invocateur, dont le père d'Ashélia et Dannah. Kalaâne était plus qu'un gardien, c'était également le meilleur ami de mon frère, et pour ma part, lui et moi nous étions en relation plutôt amoureuse. D'où mon choix de te recueilli Amélia. C’était son testament et je l'ai pleinement accepté.
    — C'est vrai, si tu n'avais pas été là je ne saurais pas où j'aurais atterri. Dans un orphelinat peut-être.
    — Et toi, Hélène, intervint Anne, tu vas maintenant connaître ta véritable histoire.
    — Ma véritable histoire ? Remarque la mienne ne peux pas être pire. Et vous entendre je pense que cette histoire de guerre me concerne.
    — En effet, Hélène, tes parents ne t'avaient pas abandonné, mais péris par cette même guerre. Tes parents était des amis très proche de mon père, et suite à leur mort je t'ai recueillit, et que mon père qui n'eut point de fils ait choisi de prendre Juliane afin de poursuive son éducation et d'en faire son héritier.
    — Et je présume que Juliane était au courant pour cette guerre.  
    — Oui il était au courant.
    — Jamais, il ne m'en avait parler. Je me demande bien pourquoi  ?
    — Il n'a fait que respecter ce que l'on lui avait demandé.
    — Toute cette histoire que vous nous avez raconter n'était qu'un pure mensonge.
    — En partie oui, afin de vous préserver le secret de cette guerre afin que vous puissiez grandir sereinement. En aucun cas vous ne devez être au courant.  
    — Et la vérité aurait changer quoi dans notre vie  ?
    — Cette vérité vous aurait poignardé de tristesse, et toute vôtres enfance aurait été gâché par ce fléau. Vous avez grandi ensemble dans la joie, et la bonne humeur, n'est ce pas.
    — Oui, nous étions très heureuse.
    — Alors, c'est tout ce qu'il compte. Que vous soyez heureuse.
    — Aujourd'hui, nous le sommes moins puisque nous découvrons cette histoire.
    — Vous avez grandi, et maintenant vous êtes en age de connaître certaine chose.
    — Comme l'existence de la guerre.
    — Oui, Hélène, la guerre. Un fléau qui fait tant de malheur.
    — Et la guerre, n'est pas un sujet de conversation que le raconte à des jeune enfants, intervint Cassandra. Autant de les voir s'amuser qu'à les voir triste.
    — Je pense que, si  vous avez fait ça c'est que vous devez avoir vos raisons.
    — Oui Hélène, fit Anne, c'est un sujet toujours douloureux.
    — Maintenant  ? je sais que mes parent ne m'avais pas abandonné dans le but que j'apprenne à maîtriser ma magie, mais mort dans une guerre.  
    — Oui, grâce à Aurore, tu as appris à maîtriser la magie, et cela te sera bien utile dans l'avenir.
    — Elle a fait de nombreux progrès d'ailleurs, fit Aurore pour complimenter Hélène. C’est une bonne élève. Mais elle a encore beaucoup à apprendre.
    — Merci du compliment Aurore.  Je ne regrette pas mon enfance, mais cette histoire de guerre me touche beaucoup. Et je me demande que serait devenue ma vie sans elle.
    —  Tu aurait vécu avec tes parent, répondit-elle, et tu ne serais pas devenue ce que tu es aujourd'hui.
    — Je vois.
    — Maintenant, fit Anne, vous savez qui vous êtes et vous saurez bientôt le rôle que vous influencez sur notre monde, et je pense que le moment est venu que je te transmette ce médaillon chimérique, Ashélia, fit-elle en l’ôtant de son cou.
    — Je ne sais même pas ce qu'est la magie dite chimérique. Je ne serais peut-être pas capable de savoir l'utiliser. Pourquoi ne le gardes-tu pas, ou pourquoi ne le passes-tu pas à Dannah, ou bien Cassandra... ou à quelqu'un d'autre.
    — Anne, peux-tu me donner le médaillon s'il te plaît  ? fit Cassandra.
    — Bien entendu, fit-elle sans se poser de question.
    — Écoute bien ma grande, continua Cassandra. Apparemment, tu ignores ce qu'est la magie chimérique, toutefois sache que tu l'apprendras bientôt. Cette chimère est Saya, le cheval ailé. Ton grand-père en était le maître avant que ton père en eût pris la relève. Et les médaillons se transmettent seulement par le souhait de son ancien porteur, et c'est toi qui as été choisi.
    — J'ai attendu que tu grandisses, et que tu sois en âge de comprendre les choses pour le porter, intervint Anne.
    Cassandra se leva et se dirigea vers Ashélia, afin de le lui enfiler autour de son coup, puis elle se rasseyait au même endroit.
    — Si je comprends bien, fit-elle en regardant son beau médaillon, est-ce pour cela que je suis destinée, devenir invocatrice  ? Mais je ne sais même pas l'utiliser.
    — Oui, intervint Anne, tel que ton père à souhaiter. Puis ne t'inquiète pas pour ce qui est de son utilisation, chaque chose en son temps. Le sang de ton père coule en toi, et tant que ton cœur reste pur je ne verrais aucun inconvénient pour que tu n'y arrives pas. Et ça se trouve, tu n'auras aucun mal pour l'utiliser. Après c'est instinctivement.
    — Mais pourquoi n'a-t-il pas choisi Dannah comme héritière  ?
    — C'est bien gentil de penser à moi, Anne, intervint Dannah, mais je suis déjà invocatrice d'une chimère.
    — Ah oui  ? Je n'étais pas au courant. Mais attends...Tu étais au courant de tout alors  ?
    — Oui...Je connaissais toute la vérité. Et si cette vérité ne t'avait pas été dévoilée, c'était pour ton bien. Et c'était pour devenir invocatrice que j'ai longtemps vécu auprès de notre grand-tante Ivy. Elle m'a durement enseigné ce savoir.
    — Quelle est ta chimère  ?
    — Xion
    — Effectivement Dannah est l'invocatrice de Xion ajouta Cassandra, Xion est représenté par un faucon, elle était la chimère de votre arrière-grand-mère. Elle me l'avait cédé après la dernière bataille. Elle disait qu'elle en avait plus la force de pouvoir l'utiliser. Puis à son grand âge les batailles lui était révolues. Dannah a été formé, et nous avons attendu le moment venu pour le lui remettre. Tel était le souhait de votre arrière-grand-mère.
    — Il y a une question que je me pose.
    — Je t'écoute.
    — Pourquoi Dannah, n'avait-elle pas pu rester auprès de nous durant toutes ces années pour recevoir son enseignement  ?
    — Et bien, tout simplement je ne suis pas invocatrice, se justifia-t-elle, et je ne possède pas les compétences pour former un jeune invocateur, et votre grand-tante s'était proposée pour le faire. C'était un souhait de votre arrière-grand-mère. Je n'ai pas eu le choix. Une volonté, ça ne se discutait pas, et je l'ai fait avec beaucoup de tristesse, car la séparation avait été dure.
    — Désolée.
    — Ce n'est rien, fit Dannah, je suis là maintenant.
    — Je pense en lisant le livre que je t'ai offert, cela va t'apporter beaucoup, il répondra davantage à tes questions, si tu en as qui te tourmente l'esprit.
    — Quel que soit ce dont tu as besoin, nous serons toujours là, fit Cassandra.
    — Je t'aiderai à utiliser ta chimère, si tu veux, se proposa Dannah.
    — Merci pour votre offre soutien, bien que je n'aie rien demandé. Mais si c'était le souhait de notre père, j'honorerais son choix, et je ferai mon devoir au mieux.
    — Je suis ravie que tu le prennes ainsi.
    Quant les enfant allèrent se couché, Anne avait également trouvé la force et le moment pour dévoiler son secret. Elle avait défait le médaillon maléfique de son cou, et le présenta devant les yeux de Cassandra et d'Aurore.
    — Mais, c'est le médaillon de Dorian, reconnut Cassandra en s'approchant curieusement vers elle.
    — Oui, bien que j'en ai peur.
    Anne cherchait déjà comment elle allait se défendre à l'égard de leur réaction.
    — Non, cela ne se peut, dit Aurore ébahie. Le médaillon fut perdu dans le fleuve Lénast Iris, n'est-ce pas ? Le conseil des sages l'avait confirmé.
    — Cela veut dire que tu le possédais depuis longtemps et que tu ne nous avais rien dit, s'écria Cassandra.
    — Tout s'explique maintenant, fit Aurore. Je comprends pourquoi tu te sentais souvent mal, cet objet répond désormais à ma question. Mais que fait-il en ta possession ?
    — Je l'ai en ma possession, car j'ai eu peur que quelqu'un d'autre le découvre, et qu'il s'en empare. J'ai eu peur que ce médaillon soit tombé entre de mauvaises mains. Et pour une certaine raison, je devais le maintenir caché de tous, même du conseil des sages.
    — Anne, donne-moi ce médaillon, j'aimerais l'observer de plus près, demanda l'enchanteresse.
    — Oui... mais soit prudente Aurore. Cet objet est plein d'effet de surprise.
    Aurore avait à peine touché la chaîne du médaillon, qu'un flash s'était produit, électrisant sa main par le contact du bout de ses doigts. En une fraction de seconde, cet objet avait eu le temps de lui aspirer de l'énergie, et de lui infliger des visions.
    — Anne, tu as bien fait de l'avoir pris, dit Aurore en ayant sèchement ôté sa main du médaillon.
    — Je ne comprends plus rien, dit Cassandra.
    — Tu nous as écartés de maint danger, reprit Aurore, mais il est temps que tu le quittes.
    — Je le sais, mais je ne peux pas.
    — Si tu le peux, insista Aurore, Ashélia est capable de le recevoir.
    — Non, elle n'est pas assez forte pour le porté, ce médaillon risquerait de la détruire.
    — Je ne pense pas la même chose. Ashélia est bien plus forte que tu ne le crois. Elle est une rare personne qui sera capable de le porté. Son cœur est très pur, bien que parfois elle puisse être maladroite, mais cela ne nuit pas sur sa bonté.
    — Je ne doute pas de ses capacités, au contraire, je suis très fière d'elle. Mais ce n'est encore qu'une enfant, elle reste encore si fragile à mes yeux. Et, Dannah peut-elle le porté ?
    — Oui bien sûr, ce sont deux adorables filles, mais le problème de Dannah tombe assez vite dans l'agressivité, et le médaillon prendra vite possession d'elle.
    — Oui, je comprends, c'est son père tout craché, fit t'elle d'un léger rire.
    — Ne t'en fais pas, Ashélia est très bien entouré. Mais si tu le gardes encore, il te détruira complètement, et là ce serait la mort. Pense à tes filles, elles ont déjà perdu leur père. Alors, qu'elles ne te perdent pas, tu les rendrais encore plus malheureuses. Elles ont encore besoin de toi.
    — Aurore à raison,  dit Cassandra pour soutenir la décision de l'enchanteresse, Ashélia est peut-être encore une enfant, mais il y a quelque chose en elle qui fait sa force, et son jeune âge lui donne un atout. Fais-nous confiance.
    — D'accord, Je lui remettrai demain. Mais, si elle refuse ?
    — Je ne pense pas qu'elle refusera, puis ne t'inquiètes pas Anne, tout se passera bien, rassura Aurore. Quant à moi, je ne vais pas tarder à partir. Bien que ce ne fût pas prévu, je vais me rendre à la cité de Mémoria espérant consulter les archives, dont j'ai besoin pour répondre à des questions. J'aimerais en savoir plus sur cet objet, et si nous voulons agir, nous devons le connaître.
    — Tu as raison, dit Anne pour mettre un terme à cette conversation.
    Après s'être préparée, Aurore prit son cheval et partit dans la direction de la cité dont elle avait parlé. Juste après son départ, Cassandra et Anne finirent par aller se coucher.

      La date/heure actuelle est Jeu 21 Juin - 23:34