Chapitre 15 intégral

    Partagez

    Cassyfantasya
    Admin

    Messages : 111
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Chapitre 15 intégral

    Message par Cassyfantasya le Mar 15 Avr - 9:06

    Accompagné d'Hélène, Ashélia surprit une conversation lorsqu'elle traversait le long couloir de la demeure pour descendre à l'étage inférieur pour aller prendre l'air, afin de digérer le poids dont elle avait sur ses épaules.
    — Alors, quelles sont les nouvelles m'apportez-vous du royaume d'Era, mes enfants ?
    Une chaleur poignarda son cœur, car elle avait déduit que si les enfants du roi Théodore étaient là ce n'était pas pour rien, et aussitôt son cauchemar lui revenait à l'esprit. Elle resta un moment figée observant la scène.
    — Nous avons une lettre pour vous, répondit la jeune fille. Sasha, tentait la missive à son père, qui s'empressa de la lire.
    — C'était bien ce que je craignais, dit-il d'un  soupire, une mauvaise nouvelle s'annonce.
    Son visage se blêmit au fur et à mesure qu'il lisait.
    — Le royaume est tombé, la reine c'était montré impuissante, et a abdiqué pour limité les dégâts et les morts, maudit soit-il ce Shaitâne. Je regrette, de ne pas avoir été là pour le combattre, car je lui aurai bien botté les fesses à ce petit morveux, mais l'importance c'est que la reine est saine et sauve. Comme elle indique dans cette lettre, elle n'est pas mal traitée, elle a l'air d'aller bien ce qui est rassurant. Il la retient seulement prisonnière dans la demeure royale lui privant toute liberté.
    C'est qu'alors en levant les yeux, et portant son regard autour de lui qu'il remarqua la présence d'Anne. Il l'observa un moment, et vu son visage il sentait quelle que chose qui n'allait pas chez elle. Il alla à sa rencontre afin d'en savoir davantage. Il n'avait pas eu le t'en d'engagé la conversation qu'Anne prononça les premiers mots.
    — Ce n'était donc pas un cauchemar, dit-elle d'un ton morose.
    — Bonjour princesse Ashélia, bonjour Hélène, dit-il par politesse, tu as une triste mine aujourd'hui, quelque chose ne va pas, dit le roi qui faisait semblant de n'avoir rien entendu.
    Hélène dit une révérence pour le saluer, quant à Ashélia, elle était toujours abasourdi par ce qu'elle venait de réaliser.
    — L'attaque du royaume d'Era... Je l'ai vu en songe la nuit dernière. Je pensais que ce n'était qu'un mauvais rêve, mais en surprenant votre conversation j'apprends que c'était une vision et elle est bien réelle.
    — Cela m'intrigue jeune fille, pourrions aller dans mes appartements afin de t'en toucher quelques mots.
    — Oui bien sûr.
    Les appartements de Théodore n'était pas bien loin.
    — Voilà asseyez-vous sur ce divan, dit le roi à peine rentré, mettez-vous à votre aise.
    Tout le monde s'installa.
    — Ah oui j'ai oublié une chose, je vous présente mes deux enfants, ma fille Sasha, et mon fils Taïsen.
    Ils étaient réciproquement enchantés.
    — Depuis quand fais-tu ce genre de cauchemar, fait-il pour lancer le sujet.
    — Cela fait un certain temps... et n'est pas le premier. J'en ai fait déjà d'autre que celui-là et je ne connais guère l'élément déclencheur, et c'est quelque chose que je ne contrôle pas. Quand je vous ai vu pour la première fois, j'ai eu comme un flash, et l'amertume s'était installer au fond de moi-même. J'ai pressenti que votre royaume était en danger. Cette nuit mon sommeil a été perturbé par ce terrible cauchemar, mais j'en savais pas plus et je ne sais même pas si ces évènements que je perçois si son passé, futur où même présent. Si cet évènement se passait en même temps que ma vision.  Mon cœur battait la chamade, je pouvais sentir le vent me touché, entendre les bruit, et humer l'odeur de la guerre et ce fut tellement réel  au point que je peux vous décrire le moindre détail. J'avais l'impression d'y être. Je me trouvais dans la ville d'Athéna. Une immense armée de vulgaire machine semi-humaine l'assaillait, mais ces derniers étaient tellement stupides qu'ils furent rapidement stoppés, et anéantis par la puissante armée royale. Un phénix protégeait ces braves soldats leur offrant un bouclier, c'était l'une des capacités de la magie chimérique, que la reine avait fait appel par l'intermédiaire de sa créature. Annaéris avait une force psychique extraordinaire, mais pas aussi puissante que lorsque les deux créatures protectrices son réuni et avait également des conséquences sur sa durée d'efficacité, car cela lui avait demandé beaucoup d'énergie, et du coup l'invocateur s'était affaibli très rapidement. Elle avait grandement résisté, car tant la créature recevait l'énergie psychique de son porteur, les soldats étaient hors d'atteinte, et tenait bon contre l'ennemi qui était prêt à se retrancher si elle n'avait pas reçu des renforts. Leur stratégie avait changé. Des éléments de siège qu'ils avaient impatiemment attendu causèrent de lourd impact sur la ville, et la magie chimérique de la reine ne suffisait pas pour  tous protéger. Elle puisait dans ses dernières ressources pour augmenter la protection, et suffisait que l'invocateur adverse, du haut de sa chimère qui flottait dans les airs, lança une incantation de celle-ci pour faire fléchir la reine. Voulant tout donner, elle s'était évanouie s'effondrant à terre, et le bouclier défensif disparut, ce qui rendait les soldats vulnérables face à l'ennemi. Soutenu par quelques soldats, un de ses généraux qui l'avait aperçu allongé sur le sol, était allé la chercher, et l'avait emmené dans un endroit sûr, dans l'espoir qu'elle se repose et qu'elle soit en sécurité, mais elle était tellement épuisé que ses forces ne semblaient pas regagnées. Ce fut un vrai désastre. Voyant l'armée royale en difficulté, Shaitâne voyait enfin une mission s'accomplir après une succession d'échec. Il prenait tellement de confiance qu'il avait décidée de continuer le combat les pieds à terre, ce qui est rare.  D'un pas non chaland, il allait à la rencontre de la reine afin de faire preuve de négociation imposant leur soumission, bien que la créature protectrice ne pouvait n'était plus là, les soldats de l'armée royale était toujours prête à combattre pour défendre leur royaume, mais la reine désorientée, accablée de douleur, en avait décidé autrement. Elle avait accepté de négocier, ordonnant à ses généraux et à ses vaillants soldats d'abandonner le combat. Elle était trop épuisée pour pouvoir ré invoqué la créature. Les soldats éprouvaient le contraire qu'il pouvait toujours combattre sans l'aide de leur protection, certain discutèrent cet ordre, mais respectant la reine ils se plièrent tous.
    Quand venait la fin de son compte rendu de son cauchemar, Anne chancela, mais le soutien d'Hélène l'empêcha de se laisser submerger par ses émotions. Théodore, furieux de cette attaque qu'il considérait comme un acte lâche et méprisable, demanda conseil aux enfants sur l'attitude à adopter, sachant que sa colère lui faisait perdre son objectivité et son sang-froid.
    — Il vaudrait mieux que vous restiez ici, père dit Sasha, afin de trouver une solution, sachant elle aussi que le roi lui-même pourtant sage et brave pouvait facilement se laisser dominer par son impulsivité.
    — Oui, d'accord c'est une sage et prudente décision admit le roi. Ce qu'il nous reste à faire, à présent, c'est de patienter et d'attendre l'occasion pour contre-attaquer, et je frapperai si fort que nos ennemis ne se relèveront pas de sitôt. Et ce fut avec ces pensées optimistes que le sage roi parvenait à se calmer.

      La date/heure actuelle est Lun 15 Oct - 22:04