Partie 14.2a

    Partagez

    Cassyfantasya
    Admin

    Messages : 111
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Partie 14.2a

    Message par Cassyfantasya le Lun 14 Avr - 12:39

    S'en allant de la pièce, elles prirent le chemin habituel pour quitter la demeure, et se dirigèrent vers les jardins dont elle s'était arrêtée un moment dans l'allée centrale.
    — Vous ne venez pas au conseil ? Dit Anne.
    Suite à un léger sursaut,  Ashélia et Hélène la saluèrent.
    — Quelle belle journée, dit remarquer Ashélia, bien que ce soit un jour important !
    — Nous nous apprêtons à y aller, reprit Dannah, c'est-à-dire que ce paysage, ce jardin sont tellement sous cette magnifique aurore que nous n'avons pas su y résister à l'admirer encore une fois.
    — Tu as raison Dannah, c'est un magnifique spectacle que nous offre la nature, mais le conseil va bientôt commencer.
    — C'est vrai, affirma Ashélia, nous devrions nous mettre en marche.
    — Allez en route, dit Anne en ouvrant la marche.
    A l'instant où elles parvinrent à l'endroit du conseil, elles remarquèrent que tout le mon c'était installé. La reine Arianwen s'avança vers elles pour les accueillir. La première sensation qu'Anne eut était de recevoir une remarque du style ; vous êtes en retard, mais elle s'était trompée.
    — Prenez place parmi nous, dit Arianwen.
    Anne prit le premier siège libre, puis les trois jeunes filles s'étaient assises à la suite. Tous étaient silencieux. Seule la reine Arianwen était debout.
    — J'espère que tout le monde est bien installé étant donné que le conseil risque de durer assez longtemps.
    Personne ne s'en plaignit, ils attendaient le débat avec attention, les yeux rivés sur la reine Nairwen.
    — Maintenant que tout le monde est présent, je déclare ce débat ouvert. Aurore le conseil est à toi je te laisse la parole.
    — Merci Arianwen.
    Aurore se leva et Arianwen s'installa à sa place.
    — Ici nous allons parler de chose très sérieuse. Un secret qui avait été enfoui sera révélé, car aujourd'hui un danger nous menace et nous avons besoin de l'aide de tout le monde pour y faire face. Je vois que vous avez répondu tout présent et je vous en remercie.
    — Alors que se passe-t-il ma jeune enfant, dit le roi Ossen.
    — Vous vous rappelez du jour où le conseil des sages avait autrefois étouffé l'affaire du fameux médaillon maléfique à cause de son inactivité.
    — Oui, intervint Félicia en se levant pour prendre la parole, afin d'éviter de répandre des rumeurs qui pouvaient engendrer de lourdes conséquences. Oui, ce jour-là je m'en souviens. D'ailleurs... nous avons eu tort d'avoir étouffé cette affaire, car aujourd'hui nous avons seulement gagné du temps et nous devons quand même la résoudre. Cela étant dit, nous sommes revenus à la case départ.
    — Peut-être que nous avions gagné du temps, dit Anne, mais en attendant le médaillon n'est pas tombé entre de mauvaises mains, et nous avons prodité de ces moments de paix. Je suis conscient de ce qu'il se passe en ce moment est entièrement de ma faute. C'est moi qui possédais ce médaillon pendant toutes ces années, mais aujourd'hui j'ai été contrainte de tout dévoiler et de m'en débarrasser, car je pouvais mourir. J'en suis désolé.
    — Tu n'as pas as être désoler, intervint Aurore, le médaillon est toujours en sécurité, et si nous sommes ici réunis c'est pour en parler. Comme vous avez pu entendre, le médaillon est toujours d'actualité. Ne méprisez pas Anne pour son action, car elle nous a en quelque sorte sauvés. N'ayant pas mesuré les conséquences, elle a réussi à le garder dans le secret aussi longtemps et seront désormais sincèrement dévoilée afin que vous puissiez connaître les desseins de notre ennemi et pour que vous preniez conscience de l'ampleur du danger, et de prendre ensemble une décision. Voilà la raison que je vous ai convoquée, et sachez à présent de montrer une ligne de conduite exemplaire c'est tout ce que je vous demande.
    — Oui Aurore, répondit Richard, nous t'écouterons.
    — Nous tiendrons bien tranquilles, dit Théodore.
    Chacun donna sa parole de bonne conduite.
    — Bien, merci.  Ashélia, tu peux déposer le médaillon sur cette table à présent, continua Aurore d'un signe gracieux de sa main en la désignant.
    Ashélia se leva et se dirigea vers la table indiquée par Aurore. Arrêtée devant celle-ci, elle jeta un regard anxieux autour d'elle. Aurore lui dit un léger hochement de la tête en signe de sûreté. Ashélia saisit le médaillon qu'elle tenait autour de son con et avant même qu'elle ait défilé pour le poser sur la table des chuchotements de surprise et d'émerveillement se dirent entendre. Puis elle regagna sa place sans dire le moindre mot.
    — Ne soit pas si inquiète Anne. Tout se passera bien, dit Aurore à mi-voix pour la rassurer.
    — Je le souhaite, lança-t-elle.
    — Il se trame quelque chose dans sa tête. Elle n'est pas comme d'habitude, pensa Aurore en remarquant son étrange comportement. Vaut mieux que je me retienne de la questionner afin d'éviter d'ajouter une confusion.
    Malgré que ceci la gênait, Aurore resta naturelle comme si elle n'avait rien remarqué.
    — En effet, vous ne rêvez pas. Cela est bel et bien le médaillon qui avait disparu de toutes légendes. Et non, vous ne rêvez pas, c'est Anne qui en a désormais la garde, et chacun d'entre vous apprendra que les difficultés qu'elle traverse font partie des nôtres. Tout le monde est concerné, insista-t-elle. Ce médaillon est la pièce maîtresse de notre destin, et l'aide de chacun est nécessaire pour agir, mais avant tout vous devez connaitre son histoire. Et avec le soutien de Félicia, je vous la conterais du début jusqu'à la fin. J'espère que cela ne va pas trop te toucher Félicia, car c'est ton père qui en est la cause.
    — Ne t'inquiète pas Aurore, cela fait longtemps que mon père est mort, et je sais désormais de quoi il est capable, tu sais tout comme moi qu'il a essayé de nous tuer. Je suis entièrement de ton côté Aurore. Dit ce que tu as à dire, soit franche et directe. Je crois que tout le monde est impatient de connaitre la vérité.
    — Tu as raison Félicia...merci de ton soutien.
    Il eut une pause, Aurore était réfléchit. Elle n'était plus elle-même. Trop de choses douloureuses se passaient dans sa tête. Elle eut une multitude de flashs qui lui faisait perdre tous ces moyens. Elle cherchait même, comment elle allait élaborer son discours. Mais c'est Cassandra qui alla la consoler.
    — Courage Aurore, dit Cassandra pour la soutenir, ce n'est pas le moment de fuir. Nous y sommes, et nous ne pouvons plus faire marche arrière. Tout le monde est là pour apprendre la vérité. Ne les déçois pas. Je veux bien commencer, mais promets-moi que tu prendras la force pour continuer. Je sais que c'est une période difficile que nous avons traversé, mais fais-le pour Ashélia.
    — Oui tu as raison... merci Cassandra. Laisse-moi le temps de me reprendre un peu. Juste un laps de temps.
    — D'accord, je vais débuter.  
    — Merci Cassandra.
    — On dirait que c'est à moi de prendre la parole, dit-elle en se plaçant au milieu. Je ne suis pas compteuse d'histoire, mais j'étais présente le jour où nous avons vu ce fameux médaillon pour la première fois, et je me souviens parfaitement de ce jour. Vous le savez tous autant que moi que cela remonte à douze années. Nous avons réuni nos forces pour protéger la forteresse d'Heimdwekée de l'attaque d'Edouard, et la traitrise de Dorian nous avait tous choqués ce jour-là. Je ne sais pas part quelle folie l'avait poussé à prendre une telle décision. Il était vêtu de l'uniforme ennemi, il marchait dans ses rangs auprès d'Edouard, leur chef. Dans une armée qui nous a pris d'assaut, et fait beaucoup de dégât matériel, comme des dégâts moral. Tout le monde a perdu des êtres qui leur été cher. A l'instant de la bataille qui faisait rage, je me trouvais en première ligne avec les soldats de mon frère. Tout comme Aurore, et Kalaâne, je faisais mon devoir de Gardien, je combattais auprès de    mon frère, qui était à l'époque l'invocateur de Saya.
    — Oui, c'était au cœur de la bataille que nous avons vu ce médaillon pour la première fois, poursuivit Aurore. Merci Cassandra pour avoir lancé le sujet, je ne serai pas arrivé sans toi.
    — Si tu as besoin d'aide je t'appuierais, et je suis consciente à quel point que révéler le passer c'est douloureux.
    — Je vois que tu as été plus courageuse que moi pour encaisser, mais... ce n'est pas le cas pour moi. Je pense que je devrai prendre exemple sur toi.
    — Cela me flatte, mais ne dérivons pas de notre sujet.
    — Oui tu as raison, désolé. Où en étais-je.
    — Au cœur de la bataille, dit Théodore qui écoutait attentivement.
    — Ah oui... Au cœur de la bataille, repris Aurore. Le combat était très rude, mais ce n'est pas les détails de la bataille qui nous intéressent, mais le moment où Dorian faisait appel à la magie chimérique, et ce médaillon était  son instrument.
    Au mot chimérique, les gens étaient intentionnés, même surpris.
    — Tu veux dire que ce médaillon abrite de la magie chimérique, dit Ivie, mais comment peux-tu avancer une telle hypothèse, tu sais bien que seuls les invocateurs ont recours à cette magie, et Dorian n'était pas un invocateur.
    — Certes mon père n'était pas un invocateur, mais un puissant enchanteur, du moins un puissant sorcier maintenant qu'il a sombré du côté ténébreux, et il avait beaucoup de connaissance en magie interdite, et dans ce médaillon il en abrite. Et je crois que je suis bien placé pour le savoir.
    — Je ne doute pas de ta parole Félicia, dit Ivie. C'est bien curieux ce que tu nous dévoiles. Je ne m'attendais pas à voir un médaillon chimérique ténébreux. Comment procédait-il ?
    — Il le faisait scintiller de la même manière que vous faisiez avec les vôtres, dit Aurore, et le ciel c'était s'assombrit. Puis venant des ténèbres la créature fut apparue combattant à ses côtés.
    — Cela s'explique pourquoi qu'il faisait nuit ce jour-là, dit Richard, mais cela nous dit pas pourquoi que nous n'avions pas pu invoquer nos créatures afin de nous défendre.
    — Je l'ignore, et j'ignore également comment l'élu de Saya ait pu invoquer sa créature qui avait permis de renverser la situation.
    — Oui en effet c'est très mystérieux tout ça, dit Richard.
    — Comme vous avez pu le voir de loin, vous avez dû constater, que ce médaillon est presque identique aux vôtres.
    — C'est vrai dit Anne, je l'ai longtemps observé lorsque je l'avais en ma possession. Je l'avais comparé avec Saya, je me suis dit qu'il était conçu de la même façon. Un dessin y est gravé, il y a des inscriptions et la matière utilisée est le même.
    — Tu as vu juste, Anne, oui ce médaillon vient de la même source, et conçut de la même manière que les vôtres.
    — Non, cela ne se peut, dit Ivie, notre Dieu est le gardien de l'Icehadès. Jamais, l'idée de nous trahir ne lui serait venu à l'esprit. Ce serait incompréhensible.
    — Si je comprends bien dit Juliâne. Si je suis le résonnement de chacun, c'est le Démon qui est derrière tout ça. Je trouve ça très évidemment et ça crève les yeux. Ce médaillon a été créé avec ces mêmes flammes. Au lieu de recevoir un souffle divin, il reçut un souffle ténébreux, dont celui du Démon.
    — Oui, Juliâne c'est le Démon qui est derrière tout ça. Et c'est là que je voulais en venir, et toutes nos questions sont désormais résolues. Je m'explique. Le dessin qui est gravé dessus représente sa chimère, et toutes chimères sont représenté part des créatures, et celle-ci est un dragon, d'où le dragon noir qui avait lancé l'attaque contre la forteresse.
    — C'était donc ça qui avait provoqué cette violente explosion, dit Ivie. Ce dragon était donc une chimère.
    — Oui Reine Ivie, répondit poliment Aurore.
    — De toute façon, je ne peux qu'y croire maintenant. A en voir le médaillon, il n'y a plus de doute.
    — Ces inscriptions sur la face révèlent le prénom de cette créature, et sur le contour un versé de sa prière qui en aucun cas ne devait être prononcé à voix haute.
    — Cela me donne des frissons dans le dos, dit le roi Richard.
    — Ne vous inquiétez pas, rassura Aurore, les véritables inscriptions sont invisibles dans cet état.
    — Que veux-tu dire par invisibles, dit Richard part curiosité.
    — Seules les archives en abritent les secrets, répondit Aurore, et l'autre moyen pour les percevoir est de le faire scintiller, ou bien de le chauffer avec du feu, mais prenez garde aux conséquences pour celui qui osera l'utiliser. Pour finir le chapitre sur ce médaillon, je vais terminer mon récit sur le chemin que ce dernier avait parcouru après avoir été arraché de son propriétaire lors de la bataille. Gravement blessé par Edouard, Michka était cloué au sol, et avoir tenu ce médaillon dans ses mains il ne pensait qu'à une seul chose. Détruire cet objet pendant qu'il était encore temps. Et comme vous le saviez tous, c'était au roi Nicolas que cette mission avait été confié, et échoué. Bien qu'il avait pris conscience des choses, le mal avait été commis, et fut trahi part ses hommes, qui l'avait tué d'une volée de flèches et la suite vous la connaissait tous.
    — En vérité le médaillon n'était pas perdu dans le fleuve, se répéta Ashélia afin de se justifier,  mais caché dans un vêtement que portait le roi, et lors de la cérémonie lorsque je lui avais rendu un dernier hommage j'avais reconnu ce médaillon et je l'avais pris en ma possession dans le but de faire quelque chose de bien et pendant ces douze longues années j'ai pris ce maléfice sur moi, ignorant que je mettais ma vie en danger en échange de cette paix. Celui-ci m'affaiblissait, il aspirait toute mon énergie, et puisque je me sentais très mal j'avais tout dévoilé à mes deux plus proches amies. Cassandra et Aurore. Aurore qui m'avait recommandé de le quitter, et de le confier à Ashélia, afin que nous puissions gagner du temps en attendant de trouver une solution pour mettre un terme à ce cauchemar que nous sommes actuellement en train de vivre, et je le répète, je suis navré.
    — Ne mets pas tout sur ta conscience, mon enfant dit le sage roi Ossen, tu as mis ta vie en danger pour que nous puissions connaitre des moments de paix. Je trouve que c'est un acte très courageux que tu nous as fait là. Courage Ashélia nous trouverons bien un moyen pour nous sortir de cette situation.
    — Merci roi Ossen, mais je m'en veux tellement.
    — Personne ne t'en veut, réconforta la reine Arianwen, tu as fait comme bon te semble. Rien de terrible ne s'est produit depuis à part que nous avons fait que gagner du temps.
    — Je comprends où ce que tu veux en venir, intervint Félicia, c'est à cause de ces fameux cavaliers Noirs qui vous pourchassent. Je suis au courant de cette histoire. Je comprends ton inquiétude Anne, et que tu sois navré. En effet, la situation à bien murit. Pourtant anéantit par Michka, mon père continua à être le pantin du Démon, tant que nous n'aurions pas résolu l'énigme de ce médaillon, puisqu'avant tout, en plus de ça chimère, celui-ci abrite également tous ses pouvoirs, et c'est grâce à ces derniers que son esprit est en état d'errance sur notre monde, bien que pour nous ce soit un fardeau. Et la situation serait encore pire s'il pouvait remet la main dessus, il pouvait reprendre sa forme humaine, mais je crains qu'il devienne plus fort que jamais, et que le maléfice soit plus grand jusqu'à ne plus avoir la possibilité de lutter. Toute son énergie est centralisée sur cet objet, bien qu'il soit dans l'impossibilité de le reprendre en personne.

      La date/heure actuelle est Jeu 21 Juin - 23:37